Nactalou
Nourrir mon bébé

Comment bien préparer et conserver les biberons de lait infantile ?

Les laits infantiles peuvent se présenter sous deux formes. Liquides, ils sont stériles et prêts à l’emploi. En poudre, vous les mélangerez avec de l’eau afin de reconstituer le lait. Quel matériel choisir et comment préparer un biberon ? Petit tour d’horizon des bonnes pratiques à respecter !

Choisir le bon matériel

Pour des questions de santé environnementale, il est maintenant préconisé de privilégier des biberons en verre et non en plastique.

 

A température ambiante ou réchauffé ?

Même si le lait peut être proposé au bébé à température ambiante, il est préférable de le chauffer légèrement dans un chauffe-biberon ou sous le robinet d’eau chaude pour être donné aux alentours de 37°C, comme le lait maternel. Lorsque le lait est donné tiède il semble plus digeste avec moins de régurgitations. Il convient d’éviter le micro-onde car ce mode de réchauffage peut élever très fortement la température du lait et de façon inhomogène, et entrainer ainsi un risque de brûlure pour votre bébé. De plus le micro-onde détruit les probiotiques présents dans certains laits infantiles, et altère les vitamines. Il est conseillé de bien agiter le biberon et de vérifier la température en faisant couler quelques gouttes sur le dos de votre main ou en plaçant le biberon contre votre cou avant de le donner à votre bébé.

AVIS D’EXPERT : quelle eau choisir pour préparer ses biberons ?

Si la qualité de votre eau le permet, vous pouvez remplir le biberon au robinet sous réserve de certaines conditions. Votre mairie peut vous dire si l’eau de votre robinet convient. Dans ce cas-là, laissez s’écouler l’eau du robinet pendant 1-2 minutes si vous n’avez pas utilisé votre robinet récemment ou 3 secondes dans le cas contraire, avant de commencer à remplir le biberon. N’utilisez que de l’eau froide car au-delà de 25°C, l’eau peut être plus chargée en sels minéraux et microbes. En laissant reposer l’eau quelques minutes, le chlore s’évapore rapidement. L’eau ne doit pas être filtrée ni adoucie pour ne pas favoriser la multiplication des germes et le robinet doit être entretenu régulièrement (nettoyage, détartrage). La présence de résidus médicamenteux dans l’eau pose cependant question actuellement car ils ne sont pas pris en compte dans les critères de potabilité.

Si vous n’êtes pas sûr de la qualité de l’eau du robinet (notamment en cas de canalisation contenant du plomb), il est conseillé de préparer les biberons de votre bébé avec de l’eau en bouteille, non gazeuse, en veillant au préalable qu’elle porte bien la mention « convient pour la préparation des aliments pour nourrissons », et en n’utilisant pas une bouteille ouverte depuis plus de 24 heures.

La composition de l’eau choisie doit être peu minéralisée, avec un résidu sec à 180° inférieur à 500 mg/l (cette information est indiquée sur l’étiquette).

En l’absence d’eau potable ou d’eau embouteillée, l’eau bouillie et refroidie peut être utilisée.

Sachez que contrairement aux eaux minérales, la composition des eaux de source peut varier dans le temps, ou provenir de plusieurs sources, dont la composition sera différente de l’une à l’autre.

Les étapes clés pour un biberon bien préparé

  1. Lavez-vous soigneusement les mains à l’eau et au savon, puis installez-vous sur un plan de travail propre, en vérifiant la propreté du biberon et de la tétine. Ces règles d’hygiène permettent d’éviter la transmission de microbes à votre bébé.
  2. Remplissez le biberon d’eau à hauteur de la graduation souhaitée.
  3. Utilisez exclusivement la mesurette fournie dans la boîte de lait, sans bomber ni tasser la poudre dans celle-ci pour ne pas fausser les quantités. Plongez-la dans la boîte de lait et enlevez simplement le surplus de poudre à l’aide du rebord prévu à cet effet dans la boîte, ou avec une lame de couteau propre afin d’éviter toute contamination ou erreur de dosage puis ajoutez-la dans le biberon. N’utilisez pas votre doigt car les bactéries présentes sur celui-ci pourraient contaminer le lait. Comptez une mesurette rase de lait en poudre pour 30 ml d’eau (au total le volume obtenu sera supérieur à celui de l’eau seule). Veillez à toujours mesurer par palier de 30 ml et jamais par demi-mesurette car les quantités seraient alors faussées.
  4. Après avoir fermé le biberon, mélangez l’eau et le lait en poudre, en le secouant énergiquement pour éviter la formation de grumeaux qui pourraient obstruer la tétine.
  5. Le biberon peut être donné à température ambiante mais il est bien préférable de le chauffer légèrement, autour de 37° comme le lait maternel.
  6. Nettoyer rapidement le biberon et la tétine dès la fin de la tétée, avec un goupillon ou au lave-vaisselle. Le biberon et la tétine ne doivent pas être essuyés mais sécher à l’air.

AVIS D’EXPERT : quelle quantité de lait donner à votre bébé ?

Sur votre boîte de lait, vous trouverez l’indication du volume d’eau et du nombre de mesurettes à donner selon l’âge de votre bébé. Après les tout premiers jours de vie, les bébés non allaités vont prendre en moyenne 6 à 8 biberons de 90 ml de lait par 24 heures, et vers 2 mois, on leur proposera environ 5 biberons de 150 ml de lait par 24 heures.

Il est important de noter que ces quantités ne sont que des moyennes à adapter en fonction de l’appétit de votre bébé et de l’évolution de son poids.

Ne forcez jamais votre bébé à boire l’intégralité de son biberon s’il ne semble pas vouloir le terminer : tout comme vous, il peut avoir plus ou moins d’appétit selon les jours et les heures. Il est possible qu’il laisse la moitié d’un biberon à un repas et réclame plus de lait au repas suivant : laissez-le manger selon ses besoins ! De même les horaires des biberons et les intervalles entre les biberons peuvent être variables : il est important de respecter le rythme du bébé.

Conservation du lait

Les doses de poudre de lait peuvent être préparées à l’avance mais un biberon ne devra jamais être préparé à l’avance : si vous partez en balade, emportez séparément les quantités d’eau et de poudre nécessaires, et assemblez-les au dernier moment.

Si votre bébé ne termine pas tout son biberon, jetez le lait non consommé : un biberon préparé ne se garde pas plus d’une heure. La boîte de lait, quant à elle, se conservera environ 1 mois après ouverture, soigneusement refermée, dans un endroit frais et sec.

Comment nettoyer un biberon ?

Le biberon doit être lavé le plus rapidement possible après avoir été bu. Rincez le biberon et ses accessoires à l’eau froide. Puis, à l’aide d’une brosse allongée (écouvillon ou goupillon), lavez le biberon, avec de l’eau chaude et un peu de liquide vaisselle, et faites de même avec la tétine et la ou les bague(s). Rincez abondamment le tout puis faites sécher les différents éléments à l’air libre, sans utiliser de torchon. Rangez-les ensuite dans un endroit propre.

L’écouvillon doit être lavé et rincé après chaque utilisation.

Le biberon peut également être placé dans le lave-vaisselle, à condition de le rincer avant. Dans ce cas-là, lavez tous les accessoires (à l’exception des tétines en caoutchouc) avec un cycle complet à une température de lavage d’au moins 65°C et comprenant un séchage.

AVIS D'EXPERT : faut-il stériliser le biberon ?

AVIS D'EXPERT : faut-il stériliser le biberon ?

Si le matériel est bien nettoyé, sa stérilisation n’est pas obligatoire, mais elle peut être réalisée pendant les premiers mois.

Plusieurs techniques sont possibles en fonction de l’équipement que vous avez à disposition :

  • appareil électrique spécifique,
  • four à micro-ondes,
  • en faisant bouillir de l’eau.

La stérilisation doit toujours être précédée d’un lavage rigoureux.

L’utilisation d’un lave-vaisselle, avec un programme > 65°, dispense de la stérilisation

Nactalou
Actualités liées
Nourrir mon bébé

La structuration des repas

Après un an, la phase de diversification est bien avancée. Votre enfant est maintenant prêt à découvrir les repas des… […]
En savoir plus
La structuration des repas
Nourrir mon bébé

L’introduction des aliments

Bébé a 3-4 mois et votre pédiatre vous a donné le feu vert ? Il peut entamer sa diversification alimentaire… […]
En savoir plus
L’introduction des aliments
Nourrir mon bébé

La constipation pendant la croissance

Pendant sa croissance, votre bébé aura certainement des petits maux. Pas de panique, c’est tout à fait normal et il… […]
En savoir plus
La constipation pendant la croissance
Nourrir mon bébé

La transition vers la routine biberon

Bébé est sevré, mais il ne faut pas changer les bonnes habitudes ! Tendresse, petits massages et rots restent au… […]
En savoir plus
La transition vers la routine biberon
Nourrir mon bébé

Régurgitations et troubles digestifs

Régurgitations, reflux gastro-œsophagien, diarrhée, constipation, intolérance au lait… Les troubles digestifs de bébé sont fréquents. Si certains de ces maux… […]
En savoir plus
Régurgitations et troubles digestifs
Nactalou

Nos produits à découvrir

Questions / Réponses

Si votre bébé est allergique aux protéines de lait de vache, rapprochez vous de votre médecin. Il vous aidera à trouver la meilleure alternative.

Allergies : les bases de l’alimentation pour les limiter

Votre bébé sait quand il a faim et quand il a assez mangé. Il faut respecter son appétit et ne pas le forcer à finir absolument son assiette. Comme les adultes, votre bébé peut avoir moins d’appétit certains jours et peut ne pas avoir envie de finir ce que vous lui donnez pour diverses raisons. Il faut tout de même veiller à préserver son appétit en limitant les grignotages et toujours lui proposer des portions adaptées à son âge.

La diversification alimentaire commence généralement entre 4 et 6 mois révolus. Certains signes montrent que votre bébé est prêt à accepter d’autres aliments que le lait notamment le fait qu’il semble très intéressé par ce qu’il y a dans votre assiette ou bien par vous regarder manger en suivant vos mouvements, il peut également mimer la mastication et il sait montrer qu’il n’a plus envie de manger. La diversification se fait pas à pas. Les différents produits s’introduisent progressivement et dans des textures particulières.

Pour plus d’informations et de conseils sur la diversification alimentaite, n’hésitez pas à consulter notre article « L’introduction des aliments » et nos outils.

Sachez qu’un bébé qui a encore faim sait le faire savoir et un bébé qui n’a plus faim sait le montrer aussi et ne se forcera pas ! Il est important de respecter les rythmes du bébé et ses signaux de satiété. Il ne faut surtout pas le forcer s’il n’a pas faim. Si les doses prescrites par votre médecin ne correspondent pas à ce que votre bébé consomme, n’hésitez pas à lui en parler.

Préparer un biberon est très simple. Rien de compliqué, il suffit seulement de respecter quelques règles d’hygiène et les bonnes quantités. N’hésitez pas à consulter notre tutoriel illustré et détaillé pour préparer un biberon comme un pro !

Après 12 mois, d’autres aliments peuvent être introduits dans l’alimentation de bébé et les quantités sont augmentées. Pour plus d’informations, référez vous à notre calendrier des goûts et des textures :

Par ailleurs, le lait reste central dans l’alimentation des bébé après 12 mois. Il est donc recommandé de poursuivre entre 12 et 36 mois avec du lait de croissance 3e âge, spécialement conçu pour répondre aux besoins nutritionnels des bébés de cet âge-là : ils sont plus pauvres en protéines et contiennent des nutriments pour lesquels le bébé pourrait avoir des carences, tels que le fer et les acides gras essentiels.

Après 6 mois, le lait infantile garde toute son importance! Entre 6 et 12 mois, il est possible de donner un lait de suite 2ème âge.

Par ailleurs, au plus tard à 6 mois révolus, la diversification alimentaire a commencé et des aliments en plus du lait (maternel ou infantile) peuvent être donnés à bébé. Pour plus de conseils sur ce que peux manger bébé entre 6 et 12 mois, les quantités et les textures, vous référez à notre calendirer des goûts et des textures.

Nactalia suit les recommandations de l’OMS et encourage l’allaitement maternel exclusif durant les 6 premiers mois. Si vous ne pouvez pas ou si vous ne voulez pas allaiter, rapprochez vous de votre médecin qui pourra vous prescrire un lait 1er âge adapté. Entre 4 et 6 mois révolus, la diversification alimentaire est amorcée et d’autres aliments peuvent être donnés à bébé dans une texture adaptée. Pour plus de conseils, suivez notre calendrier des goûts et des texture.

Jusqu’à ses 3 ans, bébé a des besoins nutritionnels très spécifiques. Il a notamment besoin de plus de fer, de calcium et d’acides gras essentiels qu’un adulte.

Le lait « normal » c’est-à-dire le lait de vache que toute la famille boit, est généralement trop riche en protéines et trop pauvre en fer. Ainsi, le lait infantile répond mieux à ses besoins.

Entre 1 et 3 ans, l’équivalent laitier à atteindre est de 500 ml/jour. Le minimum recommandé pour le lait de croissance (qui est spécialement conçu pour les besoins nutritionnels des bébés de cet âge là) est de 300 ml/jour, à compléter par d’autres laitages pour atteindre les 500 ml recommandés.

Le lait de vache liquide n’est pas adapté aux besoins nutritionnels spécifiques de bébé avant l’âge de 1 an.

Entre 1 an et 3 ans, le lait de vache peut être donné au bébé mais il est préférable de poursuivre avec des laits de croissance : ils sont plus pauvres en protéines et contiennent des nutriments pour lesquels le bébé pourrait avoir des carences, tels que le fer et les acides gras essentiels.

Entre 0 et 6 mois, privilégiez l’allaitement maternel exclusif et si vous ne pouvez ou ne voulez pas allaiter, rapprochez vous de votre médecin. Entre 6 et 12 mois, il est possible de donner un lait de suite 2ème âge. Entre 1 et 3 ans, il est préférable/conseillé de donner un lait de croissance 3ème âge.

Passer du sein au biberon correspond au sevrage du bébé, c’est-à-dire le moment où bébé arrête l’allaitement pour passer au biberon ou à une alimentation diversifiée s’il aentre 4 et 6 mois révolus. C’est un passage obligatoire qui peut être vécu avec beaucoup de sérénité si la transition se fait en douceur.

Pour vous guider dans cette transition et sevrer bébé en douceur, nous vous donnons de nombreux conseils et astuces dans notre article « Une transition en douceur pour un sevrage réussi ». Et pour plus de conseils encore, n’hésitez pas à découvrir nos outils pour les mamans :

Chaque lait infantile a un goût différent et il faut le temps que l’organisme du bébé s’y adapte. Il est conseillé d’introduire la nouvelle formule progressivement et en alternant avec l’ancienne.

La prise de poids n’est pas réellement différente entre les enfants allaités et ceux nourris au biberon. Pour autant, la prise de poids régulière et continue est fondamentale pendant les premiers mois de bébé. Mais pas d’inquiétude, chaque bébé est différent et grandit à son rythme. Toutefois, si le poids de votre bébé vous inquiète, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre pédiatre.

Si vous avez opté pour le lait infantile industriel, ce dernier ne donne pas habituellement des gaz.
En revanche, si votre enfant souffre de petits troubles physiologiques tels que des gaz, des laits ont été spécialement conçus pour répondre à ces besoins. Par exemple, le lait Nactalia AD-LF a été spécialement formulé pour aider les bébés sensibles au lactose à se remettre des symptômes temporaires ou permanents de l’intolérance au lactose, tels que les gaz, les irritations et la diarrhée.
Nous vous recommandons de demander conseil à votre médecin.

A noter que les gaz peuvent aussi être une conséquence des coliques puisque les bébés pleurent beaucoup et avalent de l’air.

Les allergies alimentaires sont fréquentes chez l’enfant.
L’allaitement maternel reste le meilleur moyen de prévention contre les allergies. Même si le lait maternel ne protège que partiellement contre le risque d’allergies futures aucune préparation pour nourrisson ne fait mieux.
Par ailleurs, si vous avez choisi d’opter pour un lait industriel, il se peut que votre enfant soit allergique ou intolérant au lactose ou à la protéine de lait de vache présente dans le lait que vous avez choisi. Il existe des solutions pour les enfants sensibles à ce type d’allergies, comme les laits à protéines extensivement hydrolysées dont l’efficacité a été prouvé dans des études cliniques.

Mais avant toute chose, si c’est le cas, nous vous recommandons de consulter votre médecin.

Si vous avez opté pour le lait infantile industriel, ce dernier ne cause pas habituellement de constipation.
En revanche, si votre enfant souffre de petits troubles physiologiques tels que la constipation, des laits ont été spécialement conçus pour répondre à ces besoins. Par exemple, le lait Nactalia COMFORT a été spécialement formulé pour le traitement diététique des troubles intestinaux tels que la constipation.
Avant de choisir votre lait, nous vous recommandons de demander conseil à votre médecin.

Si vous observez des petits troubles physiologiques chez votre bébé comme des coliques, des régurgitations, de la constipation, ou, au contraire des diarrhées, cela peut signifier que le lait infantile n’est pas adapté aux besoins de votre bébé (même si les troubles gastro-intestinaux sont très fréquents pendant les 1ers mois de vie).

Auquel cas, pas d’inquiétude, des solutions existent! Mais avant de choisir, nous vous recommandons de vous rapprocher de votre médecin.

La quantité de lait dont bébé a besoin quotidiennement dépend de son âge. A noter que Nactalia suit les recommandations de l’OMS et encourage l’allaitement maternel exclusif durant les 6 premiers mois. Pour plus d’informations sur le lait à donner à bébé quotidiennement, vous trouverez sur votre boîte Nactalia, l’indication du volume d’eau et du nombre de mesurettes à donner selon l’âge de votre bébé.

Il est important de noter que ces quantités ne sont que des moyennes à adapter en fonction de l’appétit de votre bébé et de l’évolution de son poids.

Ne forcez jamais votre bébé à boire l’intégralité de son biberon s’il ne semble pas vouloir le terminer : tout comme vous, il peut avoir plus ou moins d’appétit selon les jours et les heures. Il est possible qu’il laisse la moitié d’un biberon à un repas et réclame plus de lait au repas suivant : laissez-le manger selon ses besoins ! De même les horaires des biberons et les intervalles entre les biberons peuvent être variables : il est important de respecter le rythme du bébé.

L’allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de vie du bébé est recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) car il représente le mode d’alimentation optimal pour un bébé.

Mais si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas allaiter, il faudra choisir une préparation pour nourrissons adaptée à l’âge de l’enfant. Ces préparations pour nourrissons couvrent au mieux ses besoins nutritionnels, tant au niveau des macronutriments (lipides, glucides, protéines), que des micronutriments (vitamines, fer, zinc et autres minéraux…), en passant par l’incontournable apport en calcium.

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin pour vous aider dans ce choix.

L’allaitement maternel est le mieux adapté aux besoins spécifiques des bébés. C’est pourquoi Nactalia encourage et recommande l’allaitement au sein jusqu’à l’âge de 6 mois. Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas allaiter, votre médecin est le plus compétent pour vous accompagner.

A l’écoute des mamans et leurs bébés, nos équipes scientifiques ont étudié en profondeur la composition du lait maternel et ont mis toute leur énergie dans la formulation de laits infantiles qui répondent au mieux aux besoins naturels et au métabolisme du bébé.

Nactalia propose différentes formules pour apporter les nutriments nécessaires à votre nourrisson pour bien grandir et s’ouvrir à la vie pas à pas.

S’assurer de la bonne croissance de son bébé est la préoccupation n°1 des parents!
Et pour cela, ça commence dès les premiers jours par s’assurer que bébé prend du poids, régulièrement, chaque mois.
L’allaitement maternel est le mieux adapté aux besoins nutritionnels du bébé. Toutefois, si vous ne pouvez ou ne voulez pas allaiter, les laits infantiles Nactalia ont été formulés pour apporter tous les nutriments nécessaires aux besoins du bébé et à sa bonne croissance.

Chaque enfant a ses propres besoins et il est normal que tous les enfants ne prennent pas du poids de la même manière. Donc pas d’inquiétude!
Mais si le poids de bébé vous préoccupe de trop, n’hésitez pas à en parler avec votre pédiatre.

Une question ?
Nous répondons dans les
48 heures !